Une délégation du Patriarcat de Moscou s’est récemment rendue au siège international de la fondation pontificale L’Aide à l’Église en Détresse (AED) pour y débattre d’autres actions communes de soutien au Moyen-Orient.

by Eva-Maria Kolmann

Les 16 et 17 juillet, une délégation du Patriarcat de Moscou s’est rendue au siège international de la fondation pontificale L’Aide à l’Église en Détresse. En réponse à l’appel lancé en février 2016 à leurs Églises par Leurs Saintetés le pape François et le patriarche Cyrille à l’occasion de leur rencontre historique à La Havane, les thèmes des entretiens étaient axés sur le développement de nouveaux projets communs en Syrie et en Irak. Le message des deux chefs d’Église était centré notamment sur la coopération des deux Églises visant à aider les chrétiens persécutés, en particulier au Moyen-Orient.

La délégation de Moscou se composait de l’hiéromoine Stefan (Igumnov), secrétaire au département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, de l’hiéromoine Ioann (Kopeykin), pro-recteur de l’Institut des Hautes Études Saints-Cyrille-et-Méthode à Moscou et d’Ekaterina Myazdrikova, directrice du fonds d’aide « Poznanie » du Patriarcat de Moscou, qui soutient les enfants syriens grièvement blessés par des explosions.

 

Immédiatement après la rencontre des deux chefs d’Églises, la fondation pontificale AED, qui s’engage depuis plus de 25 ans en faveur du dialogue avec l’Église orthodoxe russe, avait déjà lancé conjointement avec le Patriarcat de Moscou de premières initiatives bénéficiant aux chrétiens du Moyen-Orient. Il est à présent prévu d’intensifier la coopération dans ce domaine. Regina Lynch, directrice du département des projets auprès de l’AED, a souligné dans ce contexte que les Églises catholique et orthodoxe russe ont « beaucoup de préoccupations communes, parmi lesquelles la plus douloureuse revient à l’inquiétude concernant les chrétiens du Moyen-Orient et d’autres pays où les chrétiens sont persécutés ou opprimés ».

Le hiéromoine Stefan (Igumnov) a souligné que cette coopération était rendue possible grâce à « la relation bonne et fructueuse avec l’AED, qui existe déjà depuis de longues années » et « qui repose sur une véritable confiance ». Il a dit littéralement : « Nous ne sommes pas seulement des partenaires, mais des amis ». Selon lui, l’AED a apporté son soutien au Patriarcat de Moscou « à différentes étapes de son histoire ». Cependant, « personne n’a auparavant pensé à réaliser des projets communs également dans d’autres régions du monde ».

Toutefois, après la rencontre historique entre Leurs Saintetés le pape François et le patriarche Cyrille à La Havane, la coopération « a franchi une nouvelle étape ». Selon l’hiéromoine Stefan (Igumnov), c’était « un miracle que Dieu nous a offert, de pouvoir suivre leur appel et d’agir ensemble en Syrie déjà deux mois après la rencontre de nos chefs d’Église à La Havane. »

Les entretiens sur des projets communs seront poursuivis. Il est prévu de lancer des initiatives conjointes servant à ouvrir un avenir à des adolescents en Syrie et en Irak, indépendamment de leur confession. Les représentants du Patriarcat de Moscou et de la fondation AED ont déclaré unanimement que ces projets conjoints doivent constituer « un fruit immédiat de la rencontre entre le pape et le patriarche ».