Un prêtre, qui prend sa retraite d’une œuvre catholique de bienfaisance de premier plan après avoir passé 14 ans à risquer sa vie pour apporter de l’aide à l’Église en détresse, a été qualifié de Bon Samaritain des temps modernes par le plus haut responsable ecclésiastique chrétien d’Irak.

Monseigneur Andrzej Halemba a été le coordinateur des projets de l’Aide à l’Église en Détresse (AED) pour l’Asie et l’Afrique, couvrant des points chauds comme la Syrie, l’Irak et l’Érythrée ainsi que d’autres pays du Proche-Orient et certaines parties de l’Asie du Sud.

Le Cardinal Louis Raphaël Ier Sako, patriarche catholique chaldéen de Bagdad, a rendu hommage au prêtre polonais de 65 ans en lui conférant le titre de chorévêque, équivalent de « monseigneur » dans l’Église occidentale (latine). Le décrivant comme un « Bon Samaritain des temps modernes », le patriarche Louis Raphaël Ier Sako a déclaré que Msgr. Halemba « a toujours été présent pour nous, construisant des mobil-homes pour les personnes déplacées, des polycliniques, des écoles, etc. ».

Thomas Heine-Geldern, Président exécutif de l’AED (au niveau international), a déclaré qu’il avait « mis sa vie en danger à plusieurs reprises, se rendant dans des lieux très risqués pour se mettre au service de l’Église souffrante ». « Sa foi, son courage, sa capacité d’organisation, sa bonne humeur, ses compétences linguistiques et son professionnalisme – ce sont ces qualités et bien d’autres encore qu’il a exploitées pour le bien des fidèles persécutés. Quand ils avaient besoin du soutien de quelqu’un, c’est lui qui leur venait en aide ».

Le ministère de Msgr. Halemba a été en grande partie limité à l’Europe et à l’Afrique jusqu’en 2010, date à laquelle l’AED l’a désigné pour diriger au Proche-Orient les projets de la fondation, à un moment de bouleversements sans précédent à l’aune des Printemps arabes. Se rendant à maintes reprises en Syrie et en Irak au plus fort de l’occupation par l’État Islamique, Msgr. Halemba a considérablement intensifié le travail de l’Œuvre de bienfaisance, fournissant des secours d’urgence ainsi qu’une aide pastorale à des centaines de milliers de personnes, en particulier les chrétiens.

Sa tâche a été de permettre aux chrétiens persécutés de trouver refuge et, en temps voulu, de leur permettre – dans la mesure du possible – de revenir chez eux une fois que les forces islamistes d’occupation ont été forcées de battre en retraite. Le ralentissement de l’exode des fidèles, dans une région où le Christianisme a été menacé d’extinction, est à mettre au crédit des programmes de Msgr. Halemba. Il a œuvré à renforcer la coopération entre les nombreuses et différentes communautés des Églises catholique et orthodoxes, et a été fréquemment félicité pour avoir mis l’accent sur l’œcuménisme.

Msgr. Halemba, qui a souligné qu’il avait toujours été inspiré par le Père Werenfried van Straaten, fondateur de l’AED, a déclaré : « Ce qui doit toujours être souligné, c’est le caractère spirituel de l’AED, sachant que nous ne pourrons jamais devenir une œuvre humanitaire laïque. Nous sommes en revanche une œuvre de bienfaisance catholique qui aide les gens à vivre la vie du Christ – nous permettons aux gens de répondre aux besoins et à la souffrance de l’humanité, et surtout, nous sommes là pour panser les blessures de l’Église qui saigne et sécher les larmes de Dieu qui pleure ».

Pour son travail d’aide aux chrétiens réfugiés qui ont fui la Syrie pour le Liban, Msgr. Issam John Darwish, archevêque grecque-catholique melkite de Zahlé et Furzol, à l’est du Liban, a nommé en 2015 Msgr. Halemba archimandrite, un titre honorifique.

Au cours de ses quatre premières années au service de l’AED, à partir de 2006, Msgr. Halemba avait été le coordinateur de projets pour les pays anglophones et lusophones d’Afrique, s’appuyant à cet égard sur son expérience de plus de 12 ans en tant que missionnaire en Zambie. Dans ce pays, il a mis en place des structures médicales et éducatives et produit le premier Nouveau Testament dans la langue bantoue locale ainsi qu’un dictionnaire, qui reste le plus complet du genre. L’année dernière, le Président polonais a décerné au prêtre polonais la Croix d’or du Mérite.